Rapport Hiscox 2017 / Ce qu’il faut retenir

Les ventes d’art en ligne augmentent malgré le ralentissement du marché global de l’art : +15% par rapport à 2015 soit 8,4% du marché global.

Si les maisons de ventes aux enchères traditionnelles ont tardé à se digitaliser, 2016 est un tournant dans leur stratégie de vente en ligne. En 2016 quatre des dix premières plateformes d’art en ligne étaient des marchands d’art traditionnels qui disposent désormais d’une plateforme numérique. Les enchères en ligne vont devenir le principal foyer de concurrence de cette année.

Capture d’écran 2017-07-18 à 16.55.06.png

Les acheteurs d’art hésitants restent réticents à acheter en ligne. Toutefois, les acheteurs d’art en ligne existants ont acheté davantage d’œuvres lors des 12 derniers mois. 

La croissance des ventes d’art en ligne ne s’accélérera que si le taux de conversion des acheteurs traditionnels hésitants augmente, ce qui implique de répondre à leurs craintes.

Les ventes d’art en ligne portent majoritairement sur des œuvres d’un prix inférieur à 5.000 $. 79% des acheteurs d’art en ligne dépensent moins de 5.000 $ par œuvre,

La fermeture de pure-player pose la question de la capacité des acteurs exclusivement en ligne à croître suffisamment rapidement pour atteindre la rentabilité. D’autre part, la progression des ventes exclusivement en ligne des maisons de ventes traditionnelles laisse à penser que les acteurs établis pourraient reprendre la main sur le marché, réaffirmant ainsi leur hégémonie.

Les canaux de vente tiers gagnent en popularité, 49% des galeries qui vendent des œuvres d’art en ligne déclarent recourir à une plateforme en ligne tierce pour proposer cette offre.

Le durcissement de la concurrence contraint les plateformes d’art en ligne à adopter dès maintenant de nouvelles stratégies afin d’accroître leur activité et de diversifier leurs flux de revenus ce qui ferait converger les business model vers un « guichet unique ».

La majorité des plateformes d’art en ligne tablent sur un renforcement de la consolidation du secteur soit par des fusions « horizontales » sociétés actives dans un même domaine ou « verticales » concernant des sociétés actives à différents niveaux de la chaîne de valeur.

Le rapport Hiscox 2017 dans son intégralité