Matisse Mesnil par Oscar Coop Phane

Oscar Coop-Phane auteur de "Mâcher la poussière" éditions Grasset

Oscar Coop-Phane auteur de "Mâcher la poussière" éditions Grasset

Je n’en ai pas de souvenirs précis, mais je suis à peu près sûr qu’à l’aube de mes quatorze ans, un soir ou un autre, à la fête de la musique ou quelque chose comme ça, échauffé au Martini blanc et au Pall Mall à rouler, j’ai dû piquer dans la rue un panneau de signalisation, une pancarte, que sais-je, une barrière ou un plot en plastique. J’ai dû le faire puisqu’on a tous dû le faire, parce que c’est chouette de s’approprier ce qui traine là, qui n’est à personne et à tout le monde à la fois. On rentre chez soi, on le garde un moment, les plus téméraires en font une table basse ou un cendrier, puis, à l’âge où on décroche ses posters, on le remet à la rue, on le rend devrais-je dire, car bientôt, un jeune fougueux s’en approchera, il regardera à droite, à gauche et il s’en ira avec sa trouvaille, larcin sympathique qui fait doucement battre le cœur. 

Ici, ce n’est pas ça. Le passage piéton n’a rien du panneau - il ne se déboulonne pas. C’est une marque faite au décor, une balafre, une trace sur le monde. L’arracher, ce n’est pas prendre un objet pour souvenir, c’est voler une matière. 

Alors, il y a la symbolique bien sûr, le passage, l’arrêt, l’attente et la courtoisie. Il y a ce que ça dit des hommes, le poli, le flâneur, celui qui s’arrête toujours ou l’autre qui ne le fait que pour les flics, celui encore qui choisit ses cibles, les jolies filles ou les aveugles. 

Il y a tout ça, le symbole et l’histoire. Mais, ce qui m’intéresse un peu plus ici, c’est ce que j’évoquais un peu plus tôt : la matière. J’aime bien ces bandes rugueuses, j’aime leurs lignes et leurs reliefs. C’est là que commence la peinture, c’est ce que fait Matisse, tracer des lignes, coller des matières et chauffer des teintes.

Un jour, Matisse m’a dit que rien ne le rendait plus plein, plus heureux que de peindre des rayures. J’ai souvent repensé à cette phrase et je crois qu’à elle seule, elle justifie tout son travail.


 

Oscar Coop-Phane est né en 1988. Il a publié trois romans aux éditions Finitude (Zénith-Hôtel, Prix de Flore 2012, Demain Berlin en 2013, et Octobre en 2014). Son dernier livre "Mâcher la poussière" est disponible aux éditions Grasset.