La blockchain pourra-t-elle aider le marché de l'art à lutter contre la fraude ?

Les logiciels de blockchain et les monnaies numériques telles que les bitcoin vont-ils révolutionner le marché de l'art ? Les entrepreneurs du numérique proposant de valider et d'archiver les transactions numériques sur une base sécurisée considèrent ces nouveaux moyens comme une solution potentielle aux problèmes liés à l'authentification de l'art et au blanchiment d'argent.

Le rapport "Online Focus" publié par la TEFAF le 29 juin dernier avec les données du commerce en ligne d'Invaluable a révélé que le tiers des 39 plateformes de vente d'art en ligne interrogées ont l'intention d'offrir la technologie blockchain d'ici les 5 prochaines années.

Aussi, comme notre précédent article le précise, la galerie britannique Dadiani Fine Art à Londres a annoncé qu'elle serait la première galerie à accepter le bitcoin à partir du 14 juillet. Malgré la stricte réglementation annoncée et des coûts de transaction plus faibles, le rapport TEFAF constate que les devises virtuelles restent peu attractives. La majorité des galeries, des maisons de vente aux enchères et des brokers n'envisagent pas encore d'accepter les règlements en monnaie virtuelle. 

La blockchain est transparente (tout le monde peut consulter la totalité des échanges ou des transactions intervenues dans la blockchain depuis sa création), ultra-sécurisée (comme son nom l’indique, la blockchain fonctionne grâce à des blocs cryptés séparés qui sont validés un par un par des tiers de confiance) et décentralisée (la technologie blockchain n’est supervisée par aucune instance centrale puisqu’elle repose sur des relations entre pairs).

Le potentiel promis à marché de l'art semble minime, malgré une soif toujours pus grandissante pour plus de transparence. Selon le rapport, 20% des 673 marchands interrogés n'ont pas l'intention de se positionner en ligne tant que les solutions proposées par la fintech ne remplissent pas leurs promesses. 

Une question se pose, quelle autorité doit surveiller les transactions de la blockchain.