Vallauris / De la tradition potière aux grands noms de l’art moderne

La tradition potière de Vallauris et ses céramiques remonte a l’époque gallo-romaine grâce a ses riches gisements d’argile réfractaire. Au XVIIème siècle, la fabrication de  devient l’activité principale de la ville. La production est utilitaire jusqu’à la fin du XIXème siècle et il faut attendre la crise économique des années 1930 et l’avènement de l’inox et de la vaisselle métallique pour qu’un bouleversement ait lieu dans la cité potière. Mais le véritable tournant s’opère avec l’arrivée d’une figure majeure, celle de Pablo Picasso en 1946.

L’artiste, après la période sombre de la Seconde Guerre mondiale, s’établit dans le sud de la France et rencontre le couple Ramié, céramistes a la tête de l’atelier Madoura. L’oeuvre de Picasso se caractérise par la diversité des supports employés et la variété de ses sources d’inspiration. Son séjour peut donc être qualifié de véritable « période de Vallauris » au même titre que les célèbres périodes bleue ou rose. De 1948 a 1955, Picasso va cristalliser autour de sa personne un véritable vivier d’artistes qui porteront au sommet le nom de Vallauris.

Portrait de Pablo Picasso, 2 juin 1954 in Vallauris, France

Portrait de Pablo Picasso, 2 juin 1954 in Vallauris, France

L’un de ses artistes s’appelle Roger Capron. D’abord professeur de dessin a Paris, il s’installe a Vallauris au même moment que Picasso et fonde l’atelier Callis. Il travaille notamment avec Robert Picault puis Jean Derval. Dans les années 1950, Capron se lance dans l’aventure industrielle avec pour ambition de « faire du beau à la portée de tous ». Ses services multicolores dans l’air du temps s’arrachent. Sa production est récompensée (Triennale de Milan). Il reçoit le Grand Prix International de Céramique en 1970. En 2003, une large rétrospective lui est consacrée au Musée national de céramique de Sèvres.

Jean Derval, Robert Picault et Roger Capron

Jean Derval, Robert Picault et Roger Capron

Certaines figures connues, comme celle de l’acteur Jean Marais, rejoignent le groupe dans les années 1970 et lui offre une perspective nouvelle, ouvrant le cercle restreint des artistes céramistes. Marais a donc lui aussi eu sa « période de Vallauris ». Ses pièces, nettement influencées par l’esthétique de Cocteau, sont réalisées en collaboration avec l’atelier de Nini Pasquali. L’acteur finira sa vie sur ses terres…d’argile.

Jean Marais, Les quatre visages

Jean Marais, Les quatre visages

Vallauris reste aujourd’hui encore un centre majeur pour la céramique d’art en Europe meme si l’amateur doit savoir distinguer la belle pièce au milieu d’une forte production destinée au tourisme.