Joseph-André Motte

Joseph-André Motte est considéré comme l’architecte et le décorateur qui a donné le plus de modèles à l’industrie française, il a su s’inspirer des courants de la mode, sans pour autant négliger les critères esthétiques et pratiques de ses pièces. Né en 1925 dans les Hautes-Alpes, sa mort le 1er juin 2013 passa néanmoins sous le plus grand silence. Pour le milieu professionnel, où son prestige resta intact, il représente l’élégance à la française.

Suite à des études à l’école nationale supérieures des arts appliqués et arts et métiers (ENSAAMA) en 1948 où il sortit major de sa promotion, J-A Motte commence sa carrière à l’atelier d’art du Bon Marché à Paris. Très attiré par les travaux de l’architecte Ludwig Mies Van der Rohe et du designer américain Charles Eames, en 1950 son travail est reconnu et en fait l’un des designers français les plus brillants. En 1954, il cofonde l’atelier de recherche plastique (ARP) avec Pierre Guariche et Michel Mortier où l’objectif était de revisiter le classicisme en inventant des formes, tout en gardant un produit accessible au plus grand nombre. Inventeur de nouvelles formes, ces meubles simples, rond, classique mais innovant étaient appréciés dans les années 1950 et pour la postérité ces meubles son devenus l’exemple même du style 50’s.

Joseph-André Motte, Fauteuil Tripode, éditions Rougier, 1949

Joseph-André Motte, Fauteuil Tripode, éditions Rougier, 1949

Motte se fait connaître grâce à un fauteuil en rotin tressé dit « tripode », dont la forme de coque convient à tous les corps. Ces fauteuils « fleurs » eurent un grand succès aussi, tout en courbes et habillés d’une seule forme houssée et zippée. Utilisant des matériaux innovant, il fut l’un des premiers à exploiter la mousse de latex pour les sièges ou encore le rotin, plexiglas ou formicas qu’il employa surtout pour une gamme de mobilier de bureau édité par le fabricant de meuble Steiner avec qui il travailla à partir des années 50. Il forma aussi le Groupe 4 en collaboration avec Geneviève Dangles, René-Jean Caillette et Alain Richard destiné aux travaux de recherches.

A partir de 1958, l’ARP se voit confier des travaux d’architecture plus imposant comme de grandes commandes publiques où Motte réalisa l’aménagement intérieur de l’aéroport Orly-Sud, en 1963 la gare maritime du Havre ou encore en 1970 la décoration de la préfecture de Cergy-Pontoise. En 1973, la RATP lui commande l’aménagement de plusieurs stations de métro où il créa ces fameux sièges-coques en métal émaillé de couleur vive

Joseph-André Motte, Sièges coques en métal émaillé du métro parisien

Joseph-André Motte, Sièges coques en métal émaillé du métro parisien

Président de la Société des artistes décorateurs de 1966 à 1968, enseignant pendant trente ans à l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs (Ensad), Joseph-André Motte avait reçu, en 1957 le prix René Gabriel et en 1970, le prix italien du design, le Compasso d’Oro pour un bureau baptisé Graphis.