Une brève histoire du design italien #3

Les années 50, plus précisément l’année 1951 est celle de l’exploration de nouveaux matériaux : caoutchouc, plastique. La maison Kartell, toujours en activité, est fondée en 1949 par Guilio Castelli qui nourrit l’ambition d’introduire un élément non noble, le plastique donc, dans le mobilier domestique. Le caoutchouc est quand à lui le terrain d’expérimentation de Marco Zanuso, mandaté par les fabricants de pneu Pirelli, qui s’en sert pour le rembourrage des sièges. Ce dernier présente en 1951, à la IX Triennale de Venise, le fauteuil Lady, immédiatement salué pour son esthétisme et son confort.

Piero Fornasetti, crée au rythme d’inspirations qui lui sont propres, des pièces de design iconoclastes, telles la série de chaises de 1955 qui mèle des références humoristiques à l’art académique à des innovations de style typiques des années 50. Ainsi, les chaises Ionique Capitello, Moor et Sun reposent toutes trois sur un piétement en équerre, mais sont en parties hautes composées d’un chapiteau ionique, d’un dossier représentant une femme coiffée d’un turban, référence à l’orientalisme du siècle précédent, ou encore d’un soleil inspiré de l’antiquité pharaonique

Fornasetti, chaises Ionique Capitello, Moor et Sun, 1955

Fornasetti, chaises Ionique Capitello, Moor et Sun, 1955

Si l’esprit des sixties devait s’incarner dans un objet, ce serait probablement en la lampe Arco signée Achille et Pier Giacomo Castiglioni. Une base en marbre de carrare, une tige métallique incurvée et un abat-jour demi sphérique en aluminium font de cette pièce une oeuvre résolument moderne par le mariage de matériau traditionnel et industriel.

Achille Castiglioni et la lampe Arco

Achille Castiglioni et la lampe Arco

Une dizaine d’années plus tard, Archizoom et Superstudio, deux groupes de design issus de Florence reprendront certaines des idées de Piero Fornasetti, notamment, pour proposer un mobilier empreint de cette même volonté de dérision et d’humour. C’est la naissance du mouvement d’anti-design et de ses pièces contestataires. En 1972, le MoMa consacre une exposition au design italien et à ses plus marquants représentants, Italy : The New Domestic Lanscape. Cette exposition cristallise les recherches théoriques de plusieurs groupes de design italiens. Ettore Sottsass, membre actif de l’anti-design y est notamment exposé. Architecte de formation, Ettore Sottsass hisse le design jusqu’à des sphères de refléxion intellectuelles, voire métaphysiques.

En 1981, il fonde le groupe Memphis, qui reprend certaines des idées de son précédent groupe Alchimia, plus confidentiel. Son nom, inspiré d’une chanson de Bob Dylan, se veut autant un clin d’oeil à la puissance des civilisations passées qu’une référence à la ville américaine. Le groupe crée des objets à forte polychromie, des pièces joyeuses dont la mode et la publicité reprendront l’esthétique durant de nombreuses années.