Une brève histoire du design italien #2

Le design des années trente est marqué par une volonté, celle de créer un nouveau mobilier à l’usage de la classe moyenne. Le design, et particulièrement le design industriel connaît une croissance exponentielle jusqu’à la Grande Dépression de 1929.

La sixième triennale de Milan, en 1936, voit l’avènement de l’esthétique rationaliste proclamé. La démocratisation de l’utilisation de certains matériaux, comme le métal ou l’acier, en réponse à l’interdiction de 1937 d’utiliser du bois, permettent à un mobilier d’un nouveau type de naître. La chaise Lariana et la Scagno sont deux œuvres témoins de la production de cette fin des années trente.

Giuseppe Terragni, Lariana, c1935  

Giuseppe Terragni, Lariana, c1935

 

Ces deux chaises, alliance de formes géométriques pures et de courbes douces, sont aujourd’hui encore produites.

Guiseppe Teragni, Scagno, 1934-1936  

Guiseppe Teragni, Scagno, 1934-1936

 

Chaque Triennale de Milan apporte son nouveau lot de proposition. En matière politique, le plan Marshall destiné à venir en aide à une Italie fragile, au bas mot, n’apporte pas qu’un soutien économique ; il diffuse aussi une vision d’un mode de vie, le mode de vie américain. Gabriele Mucchi, Vico Magistretti et d’autres jeunes architectes prônent un mobilier capable d’être produit en masse et adaptable à des plus petits espaces de vie.

Le « made in Italy » se fait un nom. En 1946, la Vespa V98 de Piaggio est brevetée. De nombreux objets nés à cette époque sont de nos jours iconiques. La production automobile, ferroviaire et aérienne se développe fortement.

En 1948, Luigi Caccia Dominioni crée la chaise Catilina, chef d’œuvre de simplicité et d’élégance.

Luigi Caccia Dominioni, Fauteuil Catilina, 1958 et luminaire de Tommaso Barbi

Luigi Caccia Dominioni, Fauteuil Catilina, 1958 et luminaire de Tommaso Barbi

La décennie des années cinquante à soixante voit l’exportation de produits italiens connaître un formidable bond an avant. L’Europe, mais aussi les États Unis se passionnent pour le design transalpin, et plusieurs expositions lui sont consacrées hors des frontières italiennes.

Et ce ne sont pas les années suivantes qui freineront ces recherches plastiques et formelles, puisque le design italien continue de se développer.